LETTRE OUVERTE A GUY VERHOFSTADT

mars 26, 2007

Monsieur le Premier Ministre,  

Le Soir de ce samedi 24 mars publie votre commentaire sur l’enquête que ce journal a réalisée avec De Standaard à propos du « face à face nord-sud ».  Je ne saurais vous cacher ma surprise, pour ne pas dire mon indignation. A l’occasion de cet entretien,  vous ciblez, en effet, deux groupes d’extrémistes. Ce sont ceux, je vous cite, « qui ne veulent rien changer – le cdH – ou qui réclament le séparatisme – l’extrême droite en Flandre et la NV-A ».   Le propos et l’amalgame sont scandaleux. Je sais que nous sommes en campagne électorale et que les hommes politiques peuvent être tentés de faire flèche de tout bois.  Je ne comprends pas, cependant, comment le Premier ministre de mon pays peut se complaire dans une telle entreprise de désinformation. Par la voix de sa présidente, le cdH a exprimé à plusieurs reprises ses réserves quant aux opérations de révision constitutionnelle que votre gouvernement entend programmer. Il aura l’occasion de les répéter dans les prochains jours.   

C’est une question d’honnêteté intellectuelle. Il n’y a aucune honte à se poser aujourd’hui la question de l’utilité d’une opération de révision. Faire l’impasse sur cette question, c’est foncer tête baissée dans la réalisation de travaux qui pourraient se révéler demain inutiles.  C’est aussi une question de prudence politique. Comme je l’ai dit à Louis Michel, lors du Grand défi sur RTL-TVI, je préfère conduire avec la main sur le frein à main que le pied sur la pédale d’accélérateur.  C’est encore une question de vigilance institutionnelle. Il y a quinze jours, le Belang a déposé au Sénat une déclaration de révision globale de
la Constitution. Je me suis opposé vivement à cette opération inconstitutionnelle. J’ai pu constater avec satisfaction que votre parti m’a suivi et que la proposition est passée à
la trappe. Autant être sur ses gardes.
 C’est enfin une question de technique juridique. Si j’en crois l’enquête des deux journaux, des Francophones et des Flamands souhaiteraient disposer de plus d’autonomie dans des domaines comme l’emploi ou
la mobilité. Vous devriez savoir mieux que quiconque que de telles réformes peuvent se faire par une loi spéciale sans changer
la Constitution. Ce qui est une manière de dire que les réserves du cdH ne sont pas synonymes de blocage intégral.
 

C’est la première fois de ma vie que je me vois qualifié d’extrémiste. Et par le Premier ministre de mon pays, encore bien. Tout bien réfléchi, et passé le moment d’une saine colère, je me flatte d’une telle appellation.  Je veux, en effet, être un extrémiste de la raison, du bon sens, de la solidarité entre les Belges et du dialogue Nord-Sud, sans oublier Bruxelles. A dix mille lieues des séparatistes de tout poil. A bonne distance aussi de ceux qui créent des amalgames injurieux et qui entretiennent des brouillards factices alors qu’ils ont pour tâche éminente de les dissiper et de contribuer ainsi au meilleur fonctionnement de la Belgique fédérale.   Je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, à mes sentiments les plus distingués.  
Francis Delpérée, 
Sénateur, Professeur de droit constitutionnel à l’Université catholique de Louvain.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :